Deuil national

Lecteur assidu de l’Équipe, je constate que rarement la première page évoque un événement de portée internationale qui ne concerne pas la France ou un Français. C’était le cas samedi. Pour annoncer le défi périlleux du 15 à la rose contre l’Australie, les rugbymen anglais, revêtus de leurs survêtements frappés du mot « England » s’avançaient au-devant d’une flamme. BRÛLANT.

Bien sûr j’ai admiré le combat singulier des « rosbifs » contre les « wallabies ». Comme j’avais vu leurs déboires contre le pays de Galles. Avec délectation, impatience, inquiétude, nervosité et tension. Comme on regarde un match à enjeu. En prenant parti. Contre le pays inventeur de tous les sports extraordinaires qui nous font vibrer, encore et encore. Sans raison bien déterminée, je l’avoue honteusement.

Après un « God save the Queen » d’anthologie chanté par Twickenham, à offrir des frissons (ils sont merveilleux ces angliches) la partie commence dans une ambiance indescriptible. Par deux erreurs grossières des locaux en 3 minutes. Qui font basculer la rencontre dans le mauvais sens. Qui démontre l’effet dévastateur d’une pression populaire imparfaitement domptée. Qui annonce les prémices d’un revers.

Un coup de pied mal maitrisé qui renvoie au point de départ, c’est à dire près de son en-but, puis une faute de jugement et un pied sur la ligne à la suite d’un dégagement adverse qui donne la touche à l’adversaire, pas loin de ses poteaux.

L’Australie marque. Pénalités. Essais. L’Angleterre, malgré son courage, sa volonté et son impact physique, paraît impuissante.

Un brillant essai de Watson à la 56e et une pénalité réussie de Farrel à la 65e relancent le suspens. 13 à 20. À portée d’un essai transformé. Nouvelle incertitude. De celles qui font passer de belles soirées. Pendant 6 minutes. Avant la sortie de Farrel, impeccable au pied, pour un carton jaune suite à une charge illicite. Restent 9 minutes. Interminables. 13-33.

Pour la première fois de son histoire, l’Angleterre est éliminée d’une Coupe du monde avant la phase finale. Humiliation supplémentaire, c’est la première fois dans l’histoire de la compétition que le pays organisateur est éliminé à l’issue de la phase de poules.

Soir cauchemardesque. Mais le plus dur commence. Pour le sélectionneur Stuart Lancaster : « Nous sommes dévastés » et pour son capitaine Chris Robshaw : « Nous avons l’impression d’avoir laissé tomber le pays ». Qui seront marqué à vie. Au fer rouge. Excommuniés. Rejetés. Lynchés. Guillotinés. Le peuple, la nation ont besoin de boucs émissaires. Ils sont déjà trouvés.

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked