Coup de mou

Il paraissait maîtriser tous les paramètres de son métier, « Super One », et depuis le début de saison Chelsea cahote, brinquebale, tressaute, se grippe. Son ambition, sa volonté implacable, sa combativité, sa confiance en lui et dans son équipe, son pragmatisme froid allié à une intelligence aigüe, son sens tactique, sa communication quelques fois agressive, osée, habituellement habile et parfois drôle, son management loué par ses joueurs ne suffisent plus. Les blues perdent. Souvent. Trop souvent par rapport à leur niveau. En regard de leur dernière saison en Premier League.  Après 8 journées de championnat, le club londonien a déjà été défait une fois de plus que l’an dernier (4 contre 3) et encaissé plus de la moitié  des buts (17 contre 32).

Et personne ne semble comprendre pourquoi. José Mourinho non plus. Ce qui me rappelle quelques souvenirs. Une équipe se conduit comme une voiture. Accélération, coup de frein, changement de vitesse, nouvelle sollicitation des gazes. Sans jamais céder la maîtrise. En conservant les 4 roues sur la route. Autant que possible. En adaptant sa vélocité aux capacités de l’automobile et à l’état de la chaussée. Ce qui ma foi est très excitant quand on réussit à rouler à forte allure. Et que l’on dépasse les concurrents.

Malheureusement, parfois, l’équipe ne réagit pas aux impulsions données comme on l’aurait pensé, prévu, imaginé. Plus de freins ni d’accélérateur, vitesses bloquées. Panne qu’il faut réparer. Changer des pièces ? Revoir la stratégie de jeu ? Chambouler l’organisation et le placement des protégés ? Continuer sans rien toucher ? Hausser le ton ? Ou rassurer ? Écouter les conseilleurs ? Ou les joueurs, encore plus ? Faire confiance ? Moduler son management ? Les points d’interrogation s’accumulent . D’où vient le problème ? Quand est-il apparu ? Quelle est la cause du dysfonctionnement ?

En ce qui concerne Mourinho, sa collaboration avec Abrahamovic va-t-elle poursuivre ? Le mal, le doute sont-ils irrémédiables ? José, qui n’est jamais resté plus de 3 ans dans un club s’use-t-il ? Ou émousse-t-il ses joueurs ? Exige-t-il trop de ses footballeurs ? Au point de les laisser sans énergie ? Va-t-il retrouver le fil du succès ? Pour le titre, il est déjà trop tard. Serait-il soulagé d’être relevé de ses fonctions ? N’est pas Wenger qui veut.

D’autres coaches s’en sont aperçus. Favre, qui a fait grimper Moenchengladbach de la dernière place à une qualification en Ligue des Champions en 3 saisons, a démissionné après 5 matches et 5 défaites. Courbis, de Montpellier, sa gouaille, ses paroles imagées, son sens du football, végète en fin de classement avec 4 points en 9 rencontres. Rodgers, qui semblait pouvoir redonner sa fierté à Liverpool dans un style spectaculaire, vient d’être licencié.

N’est pas Wenger qui veut.

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked