Statistiques

   Pendant des jours et des nuits, installé inconfortablement dans mon laboratoire, l’œil vissé à l’optique de mon microscope électronique, j’ai cherché dans les chiffres du football le secret de la victoire. Compétiteur, je voulais trouver la formule magique, la pierre philosophale qui fait gagner à tout coup. Flanqué d’un ordinateur, j’ai scruté tous les facteurs qui influencent un score.

    Pour aller à l’essentiel, j’ai étudié les pourcentages de possession du ballon. Et constaté que l’adage : « quand tu as le ballon, tu cours moins », n’offrait que le reflet d’une vision de football, celle qui est privilégiée par les bons techniciens.

    J’ai disséqué le rapport de tirs au but de chaque adversaire, calculé les tirs cadrés et non cadrés. Et compté les buts de chacun. Bien sûr, il tombe sous le sens que plus une équipe tire au but, à l’intérieur du cadre de celui-ci, plus elle augmente ses chances de marquer. Pas besoin de statistiques pour souligner cette évidence. Et j’ai les chiffres douloureux de France – Pays-Bas en mémoire pour freiner l’enthousiasme de la découverte basique : la France a tiré 25 fois, a marqué 1 but. Soit une réussite de 4 % pour des attaquants nommés Henry, Malouda, Govou, Ribéry, Anelka, Gomis, Nasri, soit le top niveau international.

    J’ai compté le pourcentage des passes réussies. Pour parvenir au football parfait. Mais la démarche est réductrice, car il faut risquer pour réussir.

    J’ai recensé les duels avec précision et obsession. Car en Suisse, sous influence culturelle allemande, on rabâche : « l’équipe qui gagne le plus de duels gagne le match ». Ce qui heureusement, n’est qu’une tendance et non une vérité absolue.

    J’ai inventorié le temps passé chez l’adversaire, en essayant d’y voir une relation avec un succès garanti. J’ai dénombré les corners, sans en retirer d’enseignement fort. Reste le bon sens. Si toutes les statistiques de mon équipe sont fortement positives, il existe une forte présomption pour que les seuls chiffres qui comptent, ceux du score, soient aussi positifs.

    Bonne nouvelle. Je suis toujours chercheur. Car je n’ai rien trouvé de définitif dans les chiffres.

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked