Sergeï Bogdanovitch Semak

    Une partie de mon job consiste, avec l’aide de mon équipe, de recruter des footballeurs. Mon style est félin. Un gros roupillon, une piste au gré du vent, une approche silencieuse et lente, une observation minutieuse, aux aguets, en situation d’alerte, de tous les paramètres. Et le bond du chat. Ou du tigre, pour ramener la proie au MUC72. C’est selon. Puis retour au calme avec de nouveau beaucoup d’observations, pour entretenir l’œil et le nez.

    Pendant l’Euro 2008, je ne travaille pas vraiment. Je hume. J’exerce mes sens et mon raisonnement. Un petit bonhomme rouge de 1,70 m et 66 kg ceint d’un brassard rouge a réveillé mes neurones : « Semak ». Wikipedia rafraichit ma mémoire : « Il est découvert en France lorsque, après avoir ouvert la marque contre le Paris Saint-Germain le 29 septembre 2004, il inscrit un triplé dans le second match opposant les deux clubs lors de la première phase de la Ligue des Champions 2004-2005 ». Scout7, notre base de données professionnelle, confirme mes souvenirs. Lors de la saison 2005-2006, il a participé à 13 parties pour 15 % du temps de jeu. Ce qui représente un échec notable.

    Il est aujourd’hui le capitaine d’une brillante équipe de Russie dans un rôle de milieu défensif alors qu’il paraissait insuffisant dans ce domaine en tant que milieu offensif au PSG. Cela force à se poser 2 questions.

    Premièrement. Pourquoi autant de talents sont-ils rejetés par le club de la capitale sans avoir pu servir ? Il ne m’appartient pas de percer ce mystère récurrent qui ne relève pas de ma fonction.

    Deuxièmement. Pourquoi un joueur offensif réussit-il dans un rôle défensif ? Parce que dans ce cas-ci, et j’ai déjà eu l’occasion de souligner dans ces colonnes tout le bien que je pensais des entraîneurs hollandais, la vision première du football de Hiddink imagine d’abord que son équipe possède le ballon, pas qu’elle doit défendre et récupérer le cuir. Ce qui les pousse à faire des choix audacieux. Qui ne les condamne pas obligatoirement à l’échec.

Leave a comment

Please be polite. We appreciate that. Your email address will not be published and required fields are marked